Société des Américanistes de Belgique
 
 

 

 

CONGRČS

PRÉSENTATION

ACTIVITÉS

PUBLICATIONS

MEMBRES du COMITÉ

PUBLICATIONS DES MEMBRES

DOCUMENTS EN-LIGNE

CONTACT

IN MEMORIAM

LIENS

 

VALENTINE WAUTERS valentine.wauters@ulb.ac.be

- Master en Histoire de l’Art et Archéologie, spécialisation Amérique précolombienne, Université Libre de Bruxelles, 2009.
- Doctorante en Histoire, Art et Archéologie, Université Libre de Bruxelles (2010-...).

Depuis septembre 2010, je débute une thèse de doctorat sur « La technologie du vase à anse-goulot en étrier dans les cultures préhispaniques du continent américain ». Ce vaste sujet a pour objectif premier d’étudier les différentes techniques de fabrication du vase à anse-goulot en étrier à travers le continent américain. Cette forme céramique est présente dans de nombreuses cultures précolombiennes, principalement celles de l’Amérique du Sud. Elle est apparue au début du 3ème millénaire avant notre ère et a été fabriquée jusqu’à l’époque coloniale. Ce récipient constitue de ce fait un trait essentiel de la culture matérielle des civilisations précolombiennes de l’Amérique du Sud.

L’étude de la céramique se concentre généralement sur la typologie, l’iconographie ou la chronologie, mais n’aborde presque jamais l’aspect technique. Pourtant, cette perspective d’analyse est cruciale pour l’étude d’une forme telle que celle du vase à anse-goulot en étrier. En effet, il n’a pas été fabriqué de la même manière dans les différentes cultures du continent américain. Parallèlement à l’étude technique, je dresse l’inventaire, le plus exhaustif possible, de l’ensemble des cultures préhispaniques qui ont produit ce vase. La reconstitution des divers protocoles de fabrication de ce récipient, de forme quasi fermée, est possible grâce à l’étude des traces de fabrication restées visibles sur la surface interne. Pour permettre les observations nécessaires, les méthodes issues de l’imagerie médicale se révèlent être les plus performantes. Ces procédés d’analyses offrent des résultats spectaculaires. J’espère que cette méthodologie permettra, à son échelle, d’apporter de nombreuses données sur la production céramique précolombienne des sociétés qui sont à l’origine de cette forme mais aussi de faire connaître des procédés d’analyses potentiellement applicables à n’importe quel matériel céramique, toutes époques et régions du globe confondues.

Les déductions et inférences tirées de ces analyses techniques serviront, replacées dans un cadre plus large, à mieux saisir les processus d’échanges et de diffusion entre les diverses parties du continent centre et sud-américain.